• Consulter le sujet - Pourquoi un seul balancier sur les VA'A?

Pourquoi un seul balancier sur les VA'A?

Modérateurs : veccella, Administrateurs

Pourquoi un seul balancier sur les VA'A?

Message par chouan94 le 09 Juillet 2007 20:40

Bonjour,
"""Secrétaire d'un club de VA'A en Vendée, je souhaiterais savoir si le fait que les VA'A n'ont qu'un seul balancier a une origine historique ou fonctionnelle.Cette question m'est souvent posée lors de nos démonstrations de culture polynésienne.L'absence d'un 2éme balancier peut-elle s'expliquer?
"""Merci de votre aide et des explications éventuelles.
Gilles
chouan94
 
Message(s) : 3
Inscription : 09 Juillet 2007 17:20
Localisation : VENDEE

Message par veccella le 09 Juillet 2007 23:47

Gilles,
La réponse n’est pas simple comme vous devez vous en douter.
Pourquoi un balancier alors que dans le même bassin nautique vous pouvez trouver des pirogues sans ou à deux balanciers ?
Globalement dans l’archipel de la Polynésie française, le balancier unique se trouve à gauche sauf dans quelques îles comme à Raivavae où le balancier est à droite … mais là encore une étude que nous avons faite révèle que 40 % des balancier des pirogues de cette île sont tout de même à gauche.
De toute façon comme vous l’évoquez, traditionnellement les pirogues de Polynésie française ont le balancier à gauche. Pourquoi pas à droite, certains évoquent les vagues, la position du pêcheur pour remonter le filet ou pour maintenir sa ligne, etc. Sur les petites embarcations de pêche, la traverse avant est rigide et celle arrière est « souple » pour permettre un rôle d’amortisseur dans la houle, ce n’est plus le cas sur les va’a de course.

En ce qui concerne le deuxième balancier, les autres archipels du Pacifique, l’utilise. Est-ce en raison d’une configuration maritime différente ? Très certainement mais aussi le poids des habitudes de constructions ancestrales. Notre position est assez tranchée sur ce point : il semble qu’un deuxième balancier n’apporte en dehors d’une plus grande stabilité que des inconvénients.
1°/ une plus grande surface est nécessaire pour la construction, la mise à l’eau, l’échouement et le mouillage qu’une pirogue à simple balancier ;
2°/ un deuxième balancier rend la pirogue plus difficile à manœuvrer, je vous propose de faire le teste de monter un deuxième balancier à une pirogue de 6 et de d’essayer ;
3°/ il faut imaginer une pirogue à deux balanciers dans une passe, au large avec une bonne houle ou près du récif, en cas de chavirage, vous pourrez toujours redresser une pirogue à simple balancier, ce n’est pas le cas d’une pirogue à deux balanciers ou pire d’une pirogue double ;
4°/ une pirogue bien lancée déjauge est le balancier effleure l’eau, le deuxième balancier serait un frein ;
5°/ je n’ai pas évoqué le la surcharge qu’entraînerai deux nouvelles traverse et un second flotteur mais aussi les problèmes mécaniques y afférents ;

L’an passé un rameur s’est lancé dans la traversée de Huahine à Tahiti avec une pirogue avec deux balanciers, ce prototype est resté sans suite. D’après son constructeur, des performances seraient possibles.

Faut-il voir aussi, les vestiges de la navigation à voile dans cet unique balancier ce n’est pas certain car là encore dans des archipels proches, des embarcations à voile ont deux balanciers. C’est inextricable.

En conclusion, pour avoir discuté longuement avec des tamuta, charpentiers traditionnels, lors de la réalisation d’une pirogue monoxyle ou en planches cousues, il peut arriver que pour diverses raisons elle ne soit pas verticale ou symétrique : elle penchera d’un côté … la position et la forme du balancier sera là pour contrecarrer ce problème.

Enfin, voici trois ouvrages forts intéressants :
- Tommy Holmes, The Hawain Canoe, Editions Limited, Honolulu, 1996 [1981]
- Hoddon et Hornell, Canoes of Oceania, Bernice P. Bishop Museum Press, Special Publication 27, 28 and 29, Honolulu, 1997 [1936, 1937, 1938].
- Jean Neyret S.M., Pirogues Océaniennes, TII, Association des amis des musées de la marine, Paris, 1974.

Cordialement,
Robert veccella
Responsable de l’antenne du GRAN à Tahiti

PS : le catalogue de l’expo Va’a, la pirogue polynésienne doit sortir avant la fin de l’année.
veccella
 
Message(s) : 269
Inscription : 16 Juillet 2004 01:33

Balancier de VA'A

Message par chouan94 le 10 Juillet 2007 05:30

Ia ora na Robert,

"""Je vous remercie de la promptitude et de l'exhaustivité de votre réponse.Cette dernière répond complétement à mes interrogations.
"""Où pourrais-je me procurer le catalogue de l'expo VA'A lors de sa sortie.

Maururu
Gilles
chouan94
 
Message(s) : 3
Inscription : 09 Juillet 2007 17:20
Localisation : VENDEE

Catalogue expo va'a

Message par veccella le 10 Juillet 2007 07:38

Gilles,

Je ne sais pas encore sous quelle forme le catalogue sera à la disposition du public. Dès qu'il va paraître je mettrai cette information sur le forum mais n'hésiter pas à me relancer à ce sujet ou alors pour un autre thème.

Cordialement,

Robert

PS: Le commissaire de l'expo et le responsable du livre est Tara Hiquily conservateur adjoint du musée de Tahiti et des îles son adresse est :
taraconservation[@]museetahiti.pf sans les crochets [ ]. Vous pouvez le contacter éventuellement de ma part.
veccella
 
Message(s) : 269
Inscription : 16 Juillet 2004 01:33

balancier Va'a

Message par TRIBOULAT le 31 Juillet 2007 08:34

Bonjour,

Peut être un élément de réponse en ce qui concerne le balancier sur les pirogues Polynésiennes, tout au moins pour les pirogues à voile :

La pirogue Polynésienne à balancier est l’artefact qui a bénéficié de la plus longue expérimentation en navigation hauturière au cours de l’histoire (plusieurs milliers d’années) et son évolution va dans l’unique sens de la recherche de la performance.
L’inutile a été supprimé au profit de l’équilibre, de la diminution des efforts sur la structure, de la légèreté et donc de la simplicité.
Le deuxième balancier en usage du côté asiatique du Pacifique (aux Philippines notamment, pour la navigation côtière ou inter-îles) a donc « naturellement » disparu au fil du temps pour les traversées océaniques.

Balancier à gauche ou à droite, peut importe car les iatos (les bras de liaisons) sont facilement démontables et donc le balancier peut très facilement et rapidement être changé de côté avant la mise à l’eau du va’a.

En théorie, ce sont les conditions de navigation, la force du vent, les vagues et le cap à suivre qui déterminent l’installation d’un côté ou de l’autre du balancier.

Dans la réalité, il en va souvent autrement car en effet pendant son déplacement la pirogue va recevoir alternativement le vent et la houle d’un bord ou de l’autre et, en mer, il est bien sûr impossible de changer le côté du balancier à chaque virement.

Il y a donc un bord privilégié, celui ou le balancier est "au vent" de la coque principale, flotteur légèrement décollé de la mer. La surface mouillée est alors au minimum avec l’unique carène de la coque principale en contact avec l’eau occasionnant moins de frottement et de résistance à l’avancement. L’équilibre dynamique est ainsi obtenu, les efforts sur la structure diminués et les performances maximales au rendez-vous.

Les anciens polynésiens ont cherché à compenser le déséquilibre lorsque le balancier est sous le vent par une plateforme stabilisatrice installée sur le iato avant, dépassant côté opposé au balancier et permettant à l’équipage de faire contrepoids (un peu comme une balance à fléau).

Ce principe est bien adapté aux petites pirogues à voile dans le lagon mais, pour l’avoir essayé au large sur des pirogues plus importantes je suis assez perplexe :
Très rapidement, la partie dépassante de la plateforme (ou du iato dépassant) touche et entre dans la mer en faisant croche pied au risque de chavirer l’embarcation. Si on insiste, la partie extérieure du iato (ou de la plateforme) fini par casser étant donné le porte à faux et la longueur du levier et cela même par mer peu agitée, alors par mer formée comme on en rencontre au large…
Pourtant toutes les représentations des pirogues à voile faites par les premiers navigateurs européens indiquent cette passerelle stabilisatrice, bref je n’ai pas d’explication à ce sujet.

La dissymétrie de la coque principale s’explique par la volonté des tailleurs de pirogue de compenser l’effet de frein provoqué par le balancier. Le milieu de la ligne de quille est décalé côté balancier d’un ou deux pouces sur les pirogues d’une dizaine de mètres. Je pensais que cette caractéristique était surtout rencontrée sur les pirogues du type prao, je n’en avais jamais entendu parler avant pour les pirogues polynésiennes.

Je suis à la recherche d’information sur les formes, profils (compensation, dissymétrie ?) et poids des rapas pour la gouverne des pirogues à voiles ainsi que sur les contacts qui auraient pu exister entre les galères de l’Egypte des Pharaons et les pirogues des navigateurs du Pacifique.

Bien cordialement,

Gilles Triboulat

TRIBOULAT
 
Message(s) : 1
Inscription : 16 Juillet 2007 11:23
Localisation : LA CIOTAT

Pourquoi un seul balancier sur les VA'A

Message par chouan94 le 31 Juillet 2007 09:58

Bonjour Gilles,

"""Je vous remercie de votre réponse.Les détails qui y sont mentionnés complétent bien les explications données supra par Robert de Tahiti.
"""Cette réponse sera, bien entendu, portée à la connaissance des piroguiers de notre association "TAMARII VENDEE NUI".
"""Quelques adhérents et moi-même cherchions en vain ces éléments de réponse avant de découvrir ce site passionnant.
Bien cordialement
Gilles
chouan94
 
Message(s) : 3
Inscription : 09 Juillet 2007 17:20
Localisation : VENDEE


Retour vers Exposition 2004 :: Va'a, la pirogue polynésienne

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité